Vous aussi soutenez les cheminots signez la pétition sur wesign

 

Nous soutenons la grève des cheminots

 

Réforme ferroviaire

Argumentaire Sud-Rail  :

n°1 Une seule entreprise publique ferroviaire

n°2 Remettre le service public sur les rails

n°3 Même statuts pour tous les cheminots

 

tafta.png

Traité transatlantique et les normes sociale

 

Manif contre TAFTA à Bruxelles: 250 arrestations     

 

Alerte salaire

Site d'informations détaillées en droit du travail afin d'aider les salariés dans leurs relations avec leurs employeurs.

Fiches synthétiques sur les conventions collectives qui en résument les points essentiels

Fiches pratiques en droit du travail

Modèles de lettres en droit du travail

Actualités sociales sur les nouveaux droits des salariés

Téléchargement de conventions collectives

Téléchargement du code du travail

Alertes en cas d’augmentation des salaires minima conventionnels

Et beaucoup d'autres informations !!!

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>
Dimanche 12 octobre 2014 7 12 /10 /Oct /2014 11:49

Communiqué de presse de la fédération SUD-Rail

 

L’abandon de l’écotaxe, signe la fin d’un engagement principal du grenelle de l’environnement décidé en 2009 et voté majoritairement par l’Assemblée Nationale. Cette victoire du lobby routier accentue les inégalités territoriales et les dégradations sociales et environnementales.

Le gouvernement laisse une ardoise douloureuse que les Français-ses vont devoir payer par de nouvelles augmentations de gasoil ; les salariés-es et les usagers des services publics vont eux aussi payer la facture, par l’augmentation du cout des transports, (prix des billets, augmentation des péages autoroutier, TIPP, etc…) et les dégradations des conditions sociales dans les entreprises de transport et particulièrement dans les chemins de fer.

Après avoir voté et promulgué le 4 aout 2014 une loi ferroviaire qui entérine 44 milliards d’euros de dette du système ferroviaire sans aucune solution, le gouvernement recule sur ce qui aurait pu constituer le financement d’une relance du FRET ferroviaire. Le FRET ferroviaire est une fois de plus abandonné au profit du tout routier, qui n’a pas à s’acquitter du poids des dégradations de son fonctionnement. Pollution, dégradation des chaussées, concurrence déloyale, destruction sociale dans le secteur routier Français, augmentation du PTRA à 44 tonnes…

La Fédération SUD-Rail considère que ce choix traduit une volonté de ce gouvernement libéral, qui écrase les salariés-es lorsqu’ils luttent et revendiquent, et se montre consensuel face au patronat lorsqu’il grogne ! Ne pas répondre aux grands enjeux du transport de demain est irresponsable ; cela laisse le champ libre, sans aucune contrepartie, aux lobbys du transport, pour accentuer la casse sociale, les inégalités et la dégradation de notre environnement.

 

La Fédération SUD-Rail

Par solidaires09 - Publié dans : SUD-Rail
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 25 septembre 2014 4 25 /09 /Sep /2014 12:05

retraité-es Solidaires 09 

NON à l’austérité

Le pouvoir d’achat des retraité-es baisse, beaucoup pour celles et ceux qui cumulent les mesures d’austérité :

  • blocage de la pension jusqu’en octobre 2015, non revalorisée depuis le 1er avril 2013. Sous la pression, le gouvernement a annoncé une « prime exceptionnelle » de 40 euros, sans influence sur le décalage entre la pension et l’inflation, ainsi qu’une hausse de 8 euros du minimum vieillesse, lequel reste inférieur de 193 euros au seuil de pauvreté… et récupérable sur la succession.

  • Fiscalisation du supplément de 10 % de la pension pour les personnes ayant élevé au moins 3 enfants.

  • Création de la CASA (contribution additionnelle de solidarité pour l'autonomie de 0,3 %) pour les retraités imposables, soi-disant pour payer l’aide à l’autonomie, mais qui a servi à autre chose jusque là.

  • Disparition totale en 2014 de la demi-part fiscale attribuée aux veuves et veufs ayant élevé 2 enfants.

  • Ces mesures vont rendre imposables des retraité-es qui va, de plus, entraîner d’autres impôts : locaux, TV, CSG réduite de 3,8 % ou entière 6,6 %...

 

Toutes ces mesures s’ajoutent à celles subies par l’ensemble de la population :

  • augmentation de la TVA, de 19,6 à 20 %, alors que santé, logement, énergies, alimentation… flambent,

  • « économies » pour payer le cadeau du pacte d’irresponsabilité au patronat : 10 milliards pris sur l’assurance maladie, 18 milliards sur le fonctionnement de l’Etat et 11 milliards aux collectivités locales et à leurs services publics, services sociaux, services de proximité et d’aide à la personne.

 

Toutes ces mesures amplifient la perte de pouvoir d’achat des pensions ayant subi lesdifférentes « contre-réformes » des retraites : allongement des durées de cotisation pour bénéficier d’une retraite au taux plein, décote, calcul de la retraite sur les 25 meilleures années au lieu des 10 pour le régime général, indexation des retraites sur les prix et non plus sur les salaires…

 

La révolte des retraité-es

La pauvreté progresse, les queues devant les impôts s’allongent pour négocier un étalement des paiements…

Le 3 juin 2014, des organisations de retraité-es (CGT, CFTC, CGC, FO, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR-Loisir-Solidarité-Retraite, UNRPA-Union Nationale des Retraitées et des Personnes Agées)ont organisé une très forte manifestation nationale de 20 000 personnes à Paris et des rassemblements dans les départements pour protester contre la politique menée par le gouvernement. Le gouvernement n’a cédé que sur la prise en compte partielle des discussions engagées fin 2013 sur l’adaptation de la société au vieillissement : il a déposé un projet de loi au Parlement… que nous devrons améliorer par nos actions.

Nous devons nous imposer avec encore plus de forcespour que cesse cette austérité que le gouvernement veut augmenter car ses mesures d’économies 2014 n’ont pas rapporté les 21 milliards d’économies prévues pour pouvoir faire cadeau au patronat du pacte d’« irresponsabilité ».

Le 30 septembre, se mobilisent les mêmes 9 organisations de retraité-e-s, dont des associations qui appellent rarement à manifester. C’est la situation dramatique de nombreux retraité-e-s, c’est la volonté affirmée du gouvernement de poursuivre et d’amplifier l’austérité, qui nous motivent plus à agir avant qu’il ne soit trop tard.

 

De l’argent pour les pensions, il y en a !

 

Le gouvernement actuel poursuit la politique des précédents, de partage de plus en plus inégalitaire des richesses.Ce sont maintenant 220 milliards d’euros d’aides publiques qui ont été donnés aux entreprises, sans contrôles, sans contreparties, sans évaluation. Pourtant, tous les observateurs attentifs constatent que, depuis des dizaines d’années, cela n’a servi ni à l’investissement, ni l’emploi. Le chômage ne cesse d’augmenter.

Il remet en cause les retraites, accumule les mesures fiscales et les « économies »… tout cela pour éponger ces milliards versés au patronat et aux actionnaires, pour continuer à se montrer très laxiste à l’égard de la grande fraude, à permettre aux multinationales du CAC 40 de ne payer pratiquement aucun impôt sur les sociétés (à la différence des PME).

Un autre choix s’impose

 

La baisse continuelle du pouvoir d’achat des retraités n’est pas la bonne réponse à l’amélioration de la situation financière des régimes de retraites. L’austérité n’est pas la bonne réponse pour inciter à acheter, relancer l’économie et réduire le chômage.

Il faut cesser les cadeaux au patronat et aux actionnaires pour cesser aussi l’austérité, il faut élargir l’assiette des cotisations sociales à tous les revenus distribués par les entreprises.

  •  Contre le gel des pensions et retraites. Pour l’amélioration du pouvoir d’achat de tous les retraités, pour un rattrapage immédiat des pertes accumulées et le retour à la revalorisation annuelle de toutes les pensions au 1er janvier.
  • Pour une loi progressiste sur l’adaptation de la société au vieillissement, financée dans le cadre de la solidarité nationale et intergénérationnelle ne laissant pas de reste à charge aux personnes en perte d’autonomie et à leurs familles.

  • Pour le développement de services publics de qualité et de proximité indispensables à l’ensemble des citoyens (santé, transport, culture…)

  • L’abrogation des mesures régressives, notamment la suppression de la ½ part fiscale et la fiscalisation des 10 %.

Mardi 30 septembre 2014

 

dans tout le pays, les retraité-es seront mobilisé-es dans l'unité syndicale…

 

Venez nombreux au rassemblement-manifestation à Toulouse le 30/09/2014

 

Pour l'Ariège un bus sera affrêté pour se rendre à Toulouse

 

Si vous êtes partant-es contactez l'UD CGT pour les réservations de places et les modalités horaires.

 

Rassemblement métro Jean Jaurès à 10h30.

 

 

 


Par solidaires09 - Publié dans : RETRAITE-E-S
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 19 juin 2014 4 19 /06 /Juin /2014 09:26

Fédérations syndicales de cheminots CGT – SUD-Rail

 

LES DEPUTES TOUJOURS SOUS PRESSION

 

Les débats à l’Assemblée Nationale sur le projet de loi portant réforme du ferroviaire se poursuivent aujourd’hui au 8ème jour de la grève des cheminots.

 

Les tentatives de stigmatisation, conduites par le gouvernement et la direction pour opposer les cheminots à l’opinion publique, n’ont pas entamé la détermination des grévistes. A l’appel des fédérations CGT et SUD-Rail, ils ont participé à d’importants rassemblements hier, 17 juin, avec 3 500 manifestants à Paris, 1 300 à Marseille, 1 000 à Bordeaux, 800 à Lille…, et aujourd’hui ils ont interpellé massivement à nouveau les directions locales et régionales de la SNCF à partir de leurs revendications locales et nationales.

 

Des initiatives interprofessionnelles s’organisent dans les territoires pour permettre aux salariés du public comme du privé d’apporter leur soutien aux cheminots et aux intermittents et d’exprimeleurs propres revendications.

 

Le Gouvernement et la direction de la SNCF ne peuvent continuer à ignorer les conséquences sur l’activité économique et sur la population qu’ils provoquent en restant sur leur posture de blocage. Que cessent les grandes manœuvres et les tentatives d’oppositions. Ils ont la responsabilité de trouver une issue à ce conflit !

 

Les fédérations CGT et SUD-Rail les appellent à la raison et réitèrent leur disponibilité pour aboutir à une vraie réforme qui, à l’opposé du projet de loi gouvernemental, réponde à l’amélioration tant attendue de la qualité du service public SNCF et des conditions sociales des cheminots ; c’est ce que nous portons notamment dans notre plateforme unitaire.

 

Le projet de loi ne répond pas à ça. Au contraire, il prépare une accélération des suppressions d’emplois, de fermetures de lignes, de guichets, de gares, d’abandons de dessertes voyageurs et du fret SNCF… Ce n’est acceptable pour personne.

 

La balle est dans leur camp !

 

Ce n’est pas aux cheminots qui sont ou qui étaient dans l’action à baisser la tête. C’est à ceux qui accompagnent la casse du service public ferroviaire, qui trahissent en ne respectant pas leurs engagements, leurs promesses, à s’expliquer devant les cheminots et la population. Ils devront rendre des comptes !

 

En attendant, les fédérations CGT et SUD-Rail appellent les cheminots actifs et retraités à maintenir la pression sur les parlementaires en participant massivement aux initiatives interprofessionnelles unitaires (rassemblements, manifestations, débats) organisées le jeudi 19 juin 2014 sur le territoire. Les Fédérations CGT et SUD-Rail appellent à rester mobilisés pour obtenir satisfaction sur nos revendications, tant vis-à-vis de l’organisation du système ferroviaire que pour mettre un terme à la casse de l’entreprise publique orchestrée par la direction SNCF.

 

 

CE COMBAT JUSTE ET UTILE SERA MESURABLE ET GAGNANT !

 

 

Paris, le 18 juin 2014 à 19h40

Par solidaires09 - Publié dans : SOLIDAIRES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 17 juin 2014 2 17 /06 /Juin /2014 19:05

Fédérations syndicales de cheminots CGT – SUD-Rail

 

                                 Pour Pépy, Nogué et consorts…

           « Les revendications des cheminots sont hors-sujet ! »

 

La Direction SNCF a daigné nous recevoir ce matin, après 6 jours de grève pour tenter de nous convaincre que notre action était illisible, irresponsable et que les sujets d’entreprise n’étaient pas d’actualité.

 

En une phrase, la Direction nous explique :

 

« Laissez-nous casser l’entreprise publique et on s’occupe de vous après !»

 

C’est d’ailleurs tout le sens du pacte d’irresponsabilité signé par l’UNSA, la CFDT et le gouvernement. Pour la direction, les cheminots, leurs revendications, ne les intéressent pas.

 

« Hors-sujet » l’emploi, les salaires, le mal-être au travail, notamment dans l’encadrement, les Facilités de Circulation, les Prestations Familles, la mutualisation des moyens, la production, la future Convention Collective Nationale, la Visite d’Aptitude Sécurité, la sous-traitance, le Fret…

 

Incapable de défendre une réforme concoctée par Pépy et Cuvillier, la Direction a joué la provocation en radicalisant son discours et ses actes envers les cheminots grévistes.

 

Nous avons fait la démonstration que tout est lié et que le quotidien des cheminots, déjà largement dégradé, allait encore se détériorer en même temps que le service public marchandises et Voyageurs dû à la Nation.

 

Au-delà des chiffres de grévistes, leur malhonnêteté s’accentue envers les populations et les cheminots, cachant leur volonté de fermetures de lignes, de gares et l’abandon total du fret SNCF.

 

La Direction a véritablement un problème avec les chiffres, il n’y a qu’à observer de près notre décompte individuel salarial !

 

Même si cette Direction entend marcher avec des organisations syndicales uniquement à sa botte, elle n’ira pas loin tant la confiance des cheminots a disparu.

 

Il est donc primordial de remettre toutes les revendications portées par les cheminots au cœur du conflit :

 

  • Une réelle réunification du système ferroviaire afin de mieux travailler ensemble avec de bonnes conditions sociales et de travail pour un meilleur service public voyageurs et marchandises, dans une entreprise unique : la SNCF ;
  • Un traitement de la dette et du financement des travaux indispensables par des ressources nouvelles (contrairement à un accroissement de la productivité des cheminots comme annoncé dans le projet de loi) ;
  • L’exigence d’aucune régression sociale pour les cheminots actifs et retraités et des garanties sur la pérennisation du statut (recrutements au statut, facilités de circulation, prestations familiales,…).

 

A la veille des discussions au Parlement de la loi portant sur la réforme du système ferroviaire, les fédérations Syndicales CGT et SUD-Rail appellent tous les cheminots de tous les collèges et tous les services à prendre leur avenir en main en faisant grandir le rapport de force.

 

Paris, le 16 juin 2014 à 18h00

 

Par solidaires09 - Publié dans : SOLIDAIRES
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 14 juin 2014 6 14 /06 /Juin /2014 19:05

                                                  Vendredi 13 juin,

               

                les cheminots en Midi-­‐Pyrénées, restent déterminés et

                                           

                                          reconduisent l’action.

 

La mobilisation des cheminots a contraint le gouvernement à recevoir les organisations syndicales CGT, Unsa et Sud-Rail signataires de la plateforme commune.

 

Dans le texte reprenant les engagements du gouvernement suite aux rencontres, les cheminots se félicitentque le gouvernement se décide enfin a aborder la question essentielle de la Dette, reconnaissant ainsi le bien fondé de la revendication des cheminots et de leurs organisations syndicales. Toutefois, les sources de financement doivent être précisées avantle lancement de la réforme portée par les Organisation syndicales.

 

Après analyse les cheminots considèrent que ce texte est loin derépondre à leurs attentes concernant la réunification du système, les questions sociales, le financement ou sur les aspects internes à l’entreprise. Le projet de loi ne permettra pas de résoudre les disfonctionnements actuels, d’améliorer et développer l’offre de service public. Le Fret reste toujours le grand absent de cette réforme.

 

En l’état actuel des discussions (y compris en prenant en compte les engagements du gouvernement) et de la mobilisation importante, le projet de loi ne peut être examiné dès la semaine prochaine à l’assemblée nationale.

 

L’avenir du système ferroviaire ne peut reposer sur une simple procédure d’amendements et nécessite la rédaction d’un autre projet de loi, dans l’apaisement et la  concertation.

 

Aujourd’hui, la mobilisation reste d’un très haut niveau et prés de 750 cheminots se sont rassemblés dans les AG. A Toulouse, les cheminots grévistes regrettent l’annulation de dernière minute, par le Parti Socialiste, de la rencontre prévue avec les parlementaires et le report de celle-­‐ci. L’urgence et le niveau de mobilisation ont-­‐ils été réellement perçus par les parlementaires de la majorité ?

 

Les cheminots ont décidé de maintenir le rapport de force et invitent le gouvernement à ne pas pratiquer la politique du passage en force. Des sujets importants ont été abordés lors de la rencontre le 12 juin, ces discussions doivent se poursuivre pour aboutir à une réforme du système ferroviaire répondant véritablement aux enjeux de transports, d’aménagement du territoire et de protection de l’environnement.

 

Suivant les sites, les cheminots se réuniront demain, samedi 14, en assemblées générales ou bien lundi matin afin de décider des suites à donner au mouvement.

 

Par solidaires09 - Publié dans : SUD-Rail
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés